Le présent résumé est tiré d’une étude de plusieurs mois consacrée à la protection des victimes et des témoins en République démocratique du Congo avec une mission de trois mois passée à Kinshasa et dans l’est du pays, entre octobre 2011 et mars 2012.

Protection International (PI) y a rencontré principalement 15 ONG nationales, 2 réseaux d’ONG Droits de l’homme, 7 ONG internationales, 4 agences des Nations Unies (Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme (BCNUDH), Unité Etat de droit de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR)), 3 ambassades et la délégation UE, diverses institutions internationales ou programmes internationaux (PAG, USAID/Projustice,…), 7 avocats, 9 magistrats civils et militaires (procureurs/auditeurs et juges), 2 greffiers, 2 responsables de la police nationale congolaise, le Ministre de la Justice du Sud-Kivu, le Gouverneur du Sud-Kivu, le Comité Mixte de la Justice, le Conseil Supérieur de la Magistrature, la Commission permanente de Réforme du Droit Congolais (CPRDC) (liste non exhaustive).

Par souci de discrétion, PI a expurgé ce document de toute référence aux noms des personnes rencontrées.

Auteur : Isabelle Fery, sous la supervision de Sophie Roudil.

Cliquez ici pour télécharger le pdf

DOWNLOADS }